On a construit l’arche de Noé !

Sous Wood-Mizer, Europe

On a construit l’arche de Noé !

 

« Dieu dit à Noé […] : “Fais-toi une arche de bois résineux. Tu feras l'arche avec des cases. Tu l'enduiras de bitume à l'intérieur et à l'extérieur. Cette arche, tu la feras longue de trois cents coudées, large de cinquante et haute de trente. […] Tu mettras l'entrée de l'arche sur le côté, puis tu lui feras un étage inférieur, un deuxième et un troisième.” […] C'est ce que fit Noé ; il fit exactement ce que Dieu lui avait prescrit. » Extraits de la Bible (TOB, Genèse, 6,13-22).

 

L’arche de Noé est peut-être l’un des symboles religieux les plus emblématiques. Les légendes de déluges existent dans toutes les civilisations, dont pas moins de 200 cultures conservent des récits de montées des eaux ou d’arches. C’est pour cette raison que l’arche s’est retrouvée en tête de liste lorsque les personnes à l’origine du projet The Ark Encounter (« À la rencontre de l’arche », NdT) cherchaient une idée « monumentale » de réalisation.

Ark Encounter Day

L’inspiration pour ce projet est venue du désir de son instigateur de créer une attraction familiale qui inciterait les gens à réfléchir sur la pertinence de certaines paroles de la Bible à notre époque. La reconstitution de l’arche de Noé, basée à Williamstown dans le Kentucky, est maintenant achevée. Il aura fallu à peine plus d’un an et demi pour construire ce qui est aujourd’hui considéré comme la plus grande structure autoportante à ossature bois du monde, avec pas moins de 7 300 m³ de bois utilisés. Avec une dimension au sol à peu près équivalente à un peu moins d’un terrain de football et demi, le volume de l’arche correspond environ au chargement de 500 camions semi-remorques répartis sur trois niveaux d’exposition avec un restaurant de 600 places en préparation pour la terrasse du pont. La capacité d’accueil maximale de l’arche est de 10 000 personnes. Toutefois, les organisateurs prévoient de limiter le nombre d’entrées simultanées à 3 000.

 

Conception

Cette vision prend sa source auprès de Ken Ham, le président de Answers in Genesis (« Les réponses de la Genèse », NdT), et de Patrick Marsh – un directeur artistique de renommée mondiale notamment connu pour les attractions des Dents de la mer et de King Kong aux studios Universal en Floride, parmi d’autres projets tout aussi grandioses à travers la planète. Le projet de l’arche a démarré sur une feuille de papier en combinant la vision de Patrick Marsh avec l’expertise architecturale du groupe Troyer, basé dans l’Indiana, qui a construit dans le même état l’American Countryside Farmers Market (anciennement une place de marché de produits fermiers reconvertie depuis en galerie marchande, NdT) à Elkhart – qui est la plus grande grange à éléments de charpente bloqués à chevilles en bois aux États-Unis. LeRoy Troyer, du groupe Troyer, a supervisé le projet architectural et recruté des constructeurs amish, qu’il connaissait d’autres projets, pour diriger les lourds travaux de charpente et d’ossature pour l’arche.

Ark Encounter Construction

La première question quant à la conception était assez simple : combien mesure une coudée ? Basée sur la distance séparant le coude du doigt le plus long, il a existé différentes longueurs de coudée à travers les âges. Pour le projet de l’arche, c’est la coudée hébraïque qui a été retenue, soit 51,8 cm – ce qui nous amène à 155,5 m de long pour 15,2 m de haut et 25,9 m de large.

 

Fourniture des matériaux

Un des plus grands défis de ce projet a été de savoir qui serait capable de fournir tout le bois aux quantités et dimensions requises. Et ce fut Colorado Timberframe, une entreprise basée en périphérie de Denver qui revendique avoir « la plus grosse installation et la plus avancée du point de vue technologique pour l’ossature bois en Amérique du Nord ». La gigantesque usine regorge d’équipements dernier cri pour faire de l’ossature bois, et cela inclut une scierie Wood-Mizer LT15 rallongée.

Ark Encounter Colorado Timberframe

Ark Encounter Logs

Keenan Tompkins, le propriétaire de Colorado Timberframe, a reçu un jour un texto d’un de ses employés qui lui disait : « Si nous avons la plus grande usine d’ossature bois de toute l’Amérique du Nord, pourquoi est-ce qu’on ne ferait pas la plus grande ossature bois existante ? » Keenan fit quelques recherches et contacta le groupe Troyer. Les calendriers de chacun n’auraient pas pu être plus justes puisque la conception de l’arche était presque terminée et que le groupe Troyer cherchait une entreprise pour la fourniture du bois. « Ils en étaient encore à se demander si une même entreprise pouvait gérer tout le volume du projet », raconte Keenan. « Nous leur avons dit que nous avions les capacités pour tenir ce chantier. Nous sommes la seule entreprise à pouvoir passer les dimensions de leurs bois pour fabriquer les stocks. »

 

Passage en scierie

Colorado Timberframe a remporté le contrat et s’est immédiatement mis au travail. Avec 3 500 m³ de bois rien que pour l’ossature, chaque élément devait être dimensionné très précisément. Il fallait de plus percer et préparer les assemblages avec beaucoup de soin pour que le chantier ne prenne pas de retard. « Nous avons dû augmenter les équipes pour pouvoir passer la production en 3/8, six jours par semaine, pendant à peu près un an », se remémore Keenan. « On a eu jusqu’à 25 personnes en permanence dans l’atelier durant cette année – des charpentiers pour la taille manuelle, des opérateurs pour les machines, et l’équipe de manutention. Cela ne prend pas en compte l’équipe d’installation. Nous avions 10 personnes en collaboration avec les amish sur le chantier de l’arche. »

Ark Encounter CNC Machine

Ark Encounter Logs

Tous les bois avivés utilisés à l’intérieur de l’arche sont en pin Douglas, qui ont été abattus et préparés dans les états de l’Oregon, de Washington, et de la Colombie britannique au Canada. « En tout, cela a représenté 120 remorques de semi de bois », détaille Keenan. « Nous avons dressé toutes les grumes selon les plans en accord avec les demandes spécifiques de l’ingénieur quant aux dimensions finales. La moitié du stock a dû être recoupé avant d’être passé dans le centre d’usinage. C’est pour cette étape que nous avons utilisé la Wood-Mizer pendant un an. À peu près la moitié du stock de bois de l’ossature est passé dans la LT15. »

Ark Encounter Beams

La LT15 fait partie des scieries d’entrée de gamme chez Wood-Mizer, elle est souvent achetée par des particuliers passionnés du bois ou des scieurs débutants. Toutefois, avec sa capacité à pouvoir scier sans limites de longueur grâce à son système de montage d’extensions de banc, la LT15 est aussi utilisée par des entreprises comme Colorado Timberframe dans une dynamique commerciale. « La LT15 a été essentielle pour la production », explique Keenan. « Elle a servi à la fois pour reprendre le bois pour l’arche, mais aussi, puisque les dimensions des éléments étaient hors normes, à faire nos propres palettes. Ainsi, nous avons pu faire toutes les palettes sur la LT15 en reprenant les dosses et autres chutes. Imaginez le nombre de palettes qu’il faut pour 3 500 m³ de bois ! »

L’ensemble des opérations de sciage a été fait à l’aide de lames Wood-Mizer standard DoubleHARD, même si celles-ci ont été modifiées de façon à obtenir un effet brut de sciage plus rustique pour les poutres comme le souhaitait l’équipe de l’arche. « Ils voulaient que le bois offre un aspect rustique et brut », indique Keenan. « Nous avons dû modifier les lames pour obtenir le même état de surface qu’avec une scierie traditionnelle. »

 

Autres préparations

Une fois que les poutres eurent été mises aux dimensions, le reste de l’usinage put commencer – mortaises, encoches, trous furent percés dans chaque poutre avec une grande précision grâce au nouveau centre d’usinage de Colorado Timberframe. « Le bois a été passé dans un CNC Hundegger K2i. Nous avons une table spéciale qui nous permet de passer des éléments jusqu’à 120 cm de large, 50 cm de haut et 18,3 m de long. Nous avons investi dans cette machine pour les projets de grandes dimensions. Cela permet de faire tous les assemblages classiques en ossature bois – assemblages à mortaises et tenons, mais aussi perçage et rainurage et tous types de découpes ou d’encoches utiles pour la pose des platines et autres connecteurs en acier. »

Ark Encounter Construction

Tous les éléments n’ont pas eu besoin d’être corroyés. Le plan de l’arche inclut 66 piliers massifs faits à partir de troncs allant du sol jusqu’en haut de la structure – soit 16,8 m de haut. La majeure partie des troncs utilisés pour ces piliers proviennent de bois morts sur pied, des épicéas Engelmann venant de l’Utah. « Nous avons délibérément choisi d’intégrer le maximum de troncs recyclables », explique Keenan. « Les troncs d’épicéa étaient en chandelles et ont été collectés dans une démarche écoresponsable. » Colorado Timberframe a construit un gabarit spécial afin de pouvoir tourner ces troncs et d’y usiner les assemblages utiles. Cela prenait deux jours à une équipe de six personnes pour usiner un tronc manuellement.

De façon un peu miraculeuse, Colorado Timberframe a réussi à livrer l’ensemble des éléments dans les temps, en travaillant sur le projet pendant un peu plus d’un an, tout en continuant de servir les commandes de charpentes et de maisons à ossature bois des autres clients. « Nos ancêtres ont fabriqué des choses assez incroyables avec le bois avant que l’on découvre l’acier et le béton », observe Keenan. « On a l’impression de revenir aux fondamentaux, mais en les appliquant à un contexte moderne. »

Keenan reconnaît que, étant donné la singularité des dimensions de l’arche, c’est la partie gestion de projet, organisation et respect des plannings qui a permis à l’entreprise de ne pas se noyer dans l’immensité du projet. « Je remercie particulièrement Henning Mund, notre maître charpentier allemand, sans qui cela n’aurait pas été possible », déclare Keenan. « Je crois bien que nous avons le meilleur charpentier de toute l’Amérique. »

 

Montage

Un peu plus de 2 000 km plus loin, à l’est de l’entreprise, dans le Kentucky, les travaux de terrassement pour le site de l’arche ont commencé au mois d’août 2014 avec le déblaiement de 380 000 m³ de terre et de pierre. Les fondations ont été démarrées en février 2015 et l’arche a commencé à être montée au mois de juin de la même année.

Ark Encounter Beams

Ark Encounter Building

Les plans de l’arche montrent que la structure repose sur 102 piliers en béton à 3,6 m au-dessus du sol. Quand le bois est arrivé sur le site, la construction a commencé par le montage de l’ossature de l’arche. Comme pour n’importe quelle autre structure en ossature bois, il a fallu commencer par assembler les parties en deux dimensions que l’on appelle les « palées ». Chacune de ces palées a été assemblée, puis mise en place avant de pouvoir passer à la mise en volume de la structure. L’assemblage des palées a été fait au sol, puis elles ont été relevées à l’aide de plateformes en bois qui ont permis d’aligner l’ensemble des éléments avant de les assembler comme un puzzle géant.

Ark Encounter Workers

Ark Encounter Timbers

La première palée pesait 12,5 tonnes et a nécessité deux semaines pour être assemblée et relevée. Elle a d’abord été redressée par deux petites grues avant d’être levée et placée par une grue plus grande sur les piliers en béton. Au fur et à mesure, l’équipe de charpentiers amish s’est étoffée. À la fin du projet, deux palées étaient assemblées et levées par semaine. Peu avant la fin du projet, Orie Lehman, un des charpentiers amish qui travaillait sur l’ossature, a installé sa scierie Wood-Mizer LT40 sur le site afin de débiter tout le bois qui allait être utilisé pour la réalisation des centaines de bancs installés à l’intérieur et à l’extérieur de l’arche.

 

L’arche en chiffres

• Poids de l’arche : 15 800 tonnes.
• Les issues de secours sont prévues pour 10 000 personnes.
• La structure est intégralement détaillée sur 5 000 plans papier.
• Le parking peut accueillir jusqu’à 4 000 véhicules.
• Un restaurant de 600 places est construit sur le pont supérieur de l’arche.
• 15 150 panneaux de contreplaqué.
• 27 000 m² de parquet en bambou.
• 67 467 usinages dans les poutres.
• 95 tonnes de platines et connecteurs en acier.
• 7 300 m³ de bois utilisés pour la structure.
• 5 435 poutres pour l’ossature lourde.
• 300 000 vis.
• 50 000 boulons et écrous.

 

Visite de l’arche

L’arche est désormais ouverte au public et a dénombré pas moins de 300 000 visiteurs lors des deux premiers mois. L’arche est parfois citée comme étant la 8e merveille du monde. Elle a permis de rassembler des centaines de personnes autour d’un but commun – réaliser la plus grande structure autoportante à ossature bois du monde. Grâce au savoir-faire, à l’équipement et à l’engagement d’entreprises telles que Colorado Timberframe et le groupe Troyer, cet époustouflant projet est désormais accessible aux visiteurs du monde entier. 

Ark Encounter

 

L’arche et les scieries Wood-Mizer

Au-delà de la LT15 de Colorado Timberframe, ce sont au moins deux autres scieries Wood-Mizer qui ont été mises à contribution pour ce projet. Une LT70 a été utilisée lors de l’inauguration du chantier pour couper la première poutre pendant la cérémonie. Une LT40 mobile a aussi été utilisée lors des derniers mois du chantier pour débiter le bois des bancs et des éléments de finition à partir des chutes exploitables.

Ark Encounter Wood-Mizer Sawmill

Privacy Policy